#4 Qui est Ehla, petite protégée de Grand Corps Malade ?

Nouveau talent à découvrir : Ehla, la jeune artiste française electro pop et petite protégée de Grand Corps Malade, nous livre une interview spéciale où elle nous dévoile tout sur son parcours et son premier EP qui sortira d’ici la rentrée prochaine. En attendant, on vous fait découvrir son premier titre haut en couleur, « Demain encore » !

Comment as-tu décidé de prendre les choses en main et de vivre ce rêve ?

J’ai toujours chanté et composé. J’ai la chance d’avoir un père passionné de musique qui joue de la guitare et de la basse, et une petite soeur chanteuse aussi. J’habitais dans le Sud de la France et il y a 4 ans j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai quitté ma Province pour rejoindre Paris. Je sentais que c’était le moment, j’étais prête à me battre pour ce rêve de gosse.

Comment s’est déroulé ton parcours durant tes débuts ?

J’ai commencé par faire des scènes ouvertes à droite à gauche, à chanter dans des restaurants etc… N’osant pas encore partager mes compositions, je reprenais des classiques que j’adorai m’approprier. Un soir, sans que je le sache, Jean Rachid le producteur de Grand Corps Malade était dans la salle. Une fois le concert terminé, il est venu me dire qu’il avait aimé ce qu’il avait entendu et qu’il souhaitait me revoir. Il a tenu sa promesse, peu de temps après, nous nous sommes revus et je lui ai fait écouter mon travail. Il m’a rapidement présenté Fabien (Grand Corps Malade), j’étais très intimidée et impressionnée mais autant musicalement qu’humainement le courant est très vite passé. J’avais trouvé mon équipe ! Après cela, durant plus d’une année nous avons beaucoup travaillé, je composais des titres avec HIGH P (co-compositeur/producteur) et GCM malade écrivait les textes ou nous les co-écrivions ensemble. Cela a donné naissance à une quinzaine de morceaux, que nous avons présenté à Capitol chez Universal, ils ont aimé l’univers, j’ai signé chez eux peu de temps après. Parfois je fais un arrêt sur image et je me dis : « Alors il y a 5 ans, tu étais agent administratif dans un petit village de Provence et aujourd’hui te voila signée dans un grand Label, en train d’enregistrer ton premier album co-écrit avec Grand Corps Malade ? » c’est surréaliste c’est de l’ordre de la chance.. Ou de la magie ou les deux ! J’ai encore du mal à réaliser ce qui m’arrive.

Le titre « Demain encore » possède maintenant un clip vidéo. Comment s’est passé le tournage ?

Le tournage était génial. Tout est sur mesure dans ce clip, le scénario à la fois coloré & festif mais qui à son lot de mystères, le stylisme rétro et chic (réalisé par « En cavale »), les lumières… Rien n’est laissé au hasard, tout me ressemble j’en suis très fière. Ce que j’ai adoré par dessus tout c’est « jouer la comédie ». Il fallait faire marcher son imagination, chercher des émotions. Sur ce point j’ai fais confiance à Haroun Saifi le réalisateur du clip et Jérémie Dethelot qui a écrit le scénario, ils m’ont très bien guidée. Nous avons fini le tournage très tard dans la nuit, j’étais éreintée mais très heureuse !

Peut t’on dire que ce single donne le ton de ton premier album ? 

Oui et non. On m’a laissé carte blanche sur la couleur de ce premier album. Mes inspirations musicales étant très diverses cela a donné des titres très différents les uns des autres. Comme pour « Demain encore » nous retrouvons effectivement cette couleur électro pop dans d’autres titres, mais il y a aussi des notes clairement plus urbaines et groovy. Je dirai que le fil conducteur de ce premier album c’est ma voix et la «patte» très singulière d’High P à la production.

De quoi t’inspires-tu pour ton premier EP ? Quel est le message que tu voudrais faire passer ?

Je m’inspire de mes ressentiments, de mes expériences, de ce que j’en retire. À chaque titre il y a une histoire, réelle ou fictive. Je n’avais pas envie d’une thématique particulière pour cet album. J’aborde les opposés : l’amour et le désamour, la fragilité et la force, la joie comme la mélancolie. J’espère que ce premier album touchera les gens, que ma sincérité sera décelable. Je n’ai pas joué de rôle, cet album c’est une mise à nu. J’ose dire que je suis timide, j’ose dire que des choses me font peur, me livrer aussi ouvertement c’est ma force à moi.

As-tu des projets futurs ? Peux-tu nous en parler ? 

La rentrée va être chargée. Le 22 septembre je sors mon premier EP « Au loin », s’en suit un showcase au « Réservoir » le 25 septembre. Dans les jours qui suivront, des vidéos surprises s’inviteront sur mes réseaux sociaux… Puis des concerts, notamment la première partie de Grand Corps Malade à partir du mois de janvier. Et enfin l’arrivée de l’album courant 2018, que du bonheur !

Découvrez tout de suite « La timide » un titre de EHLA en version acoustique 

Un merci tout particulier à la belle Ehla pour cet échange 

Photo de couverture : Facebook @Ehlamusic

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s